Modélisation de la dispertion atmosphérique d'odeurs et de polluants ERS
Prélèvements d'odeurs plates-formes de compostage
phrise illustration
     ACCUEIL   |    GROUPE     |     ACTIVITES   |     VEILLE REGLEMENTAIRE    |     CONTACT      

Présentation : Quatre questions pour mieux comprendre

Qu'est-ce qu'une odeur ?
En accord avec l'ADEME :« L'odeur peut être définie comme une perception mettant en jeu un ensemble de processus complexes tels que les processus neurosensoriels, cognitifs et mnésiques qui permettent à l'homme d'établir des relations avec son environnement odorant ».
La sensation d'odeur provient de l'interaction entre des molécules chimiques (les composés odorants) et la muqueuse olfactive située dans les fosses nasales.

Qu'est-ce qui caractérise une odeur ?
Une odeur peut se définir par sa nature spécifique (qualité de l'odeur), la sensation agréable ou désagréable qu 'elle provoque (caractère hédoniste) et par son intensité.

Qu'appel t'on le niveau d'odeur ?
Au sens de la réglementation et en accord avec l'article 29 de l'arrêté du 02/02/09 relatif aux prélèvements et à la consommation d'eau ainsi qu'aux émissions de toute nature des installations classées pour la protection de l'environnement soumises à autorisation : « Le niveau d'une odeur ou concentration d'un mélange odorant est défini conventionnellement comme étant le facteur de dilution qu'il faut appliquer à un effluent pour qu'il ne soit plus ressenti comme odorant par 50 % des personnes constituant un échantillon de population. »

Quelle est la réglementation en matière d'odeurs ?
En terme de réglementation, l'odeur est aujourd'hui considérée comme une pollution à par entière, et s'instaure dans les prescriptions réglementaires relatives aux diverses activités recensées dans les ICPE.

Copyright ABH Environnement. All rights reserved.
Prélèvement d'odeurs et analyse en laboratoire

Domaines d'application

  • Vérification des garanties contractuelles fixées dans le cadre de marchés constructeurs pour des installations de compostages, d'équarissage et autres installations industrielles
  • Contrôle de performances pour des systèmes de désodorisation
  • Contrôle de conformité réglementaire - Arrêté du 22 avril 2008 pour les installations de compostages soumises à autorisation
  • Contrôle périodiques de plates-formes de compostage
  • Quantification de polluants chimiques pour la réalisation d'études de risques sanitaires
  • Diagnostic de plates-formes de compostage : Fort de plus de 25 ans d'expertise dans le domaine du compostage (audit, conception, réalisation, exploitation, procédures réglementaires....), la quantification des odeurs constitue pour nous bien plus qu'un simple enjeu réglementaire, c'est un outil performant d'analyse et de détection de dysfonctionnements.
  • Mesures d'intensité des odeurs et de ton hédonique

Méthodes de prélèvements

Nous procédons à des campagnes de prélèvements d'odeurs sur tout types de sources :

  • Sources canalisées, ponctuelles (cheminées, biofiltre, sacs de fermentation ...)
  • Sources surfaciques passives/actives de type andain, casier avec ou sans aération, lagune ...
  • Mesures d'ambiances

Les prélèvements et analyses sont réalisés conformément à la norme NF EN 13725.

Pour les sources canalisées l'échantillonnage est réalisé par l'intermédiaire d'un caisson poumon dont les seules zones de contact avec l'échantillon sont constituées d'acier inoxydable, de Téflon et de Nalophan. Selon la nature de l'échantillon nous utilisons une sonde de pré-dilution qui permet d'éviter les phénomènes de condensation dans le sac d'échantillonnage. Les sacs d'échantillonnages utilisés sont soit en Nalophan soit en Teflon.

Pour les sources surfaciques, l'utilisation du caisson poumon est combinée avec une chambre à flux conforme aux exigences de l'USEPA.

Les mesures d'odeurs sont réalisées par un laboratoire partenaire  accrédité COFRAC selon la norme EN 13725.